John Partridge sur la richesse, la richesse et la 2ème maison, partie 5

Ceci est la partie 5 de la série en 5 parties, John Partridge sur la richesse, la richesse et la 2e maison. Partridge explique comment le thème de naissance montre si une personne sera capable de conserver de l’argent et des richesses, ou de perdre de l’argent. Ceci est extrait du livre de John Partridge de 1692, Mikropanastron, Or, an Astrological VADE MECUM, Chapitre 5, « De la richesse et de la richesse, le jugement de la seconde maison » pages 114-116 : PROP.IV.

Les richesses des autochtones doivent-elles continuer et être durables ou non ?

Dans ce cas, vous devez observer

D’abord, La ou les Planètes postées dans la seconde Chambre, qu’elles soient chanceuses ou malheureuses, bienveillantes ou malveillantes ; s’il y a une fortune dans la seconde, en Maison ou Exaltation, ou en Réception par les mêmes Dignities, elle promet une jouissance pacifique et tranquille de leurs biens tous leurs jours, mais si elle est faible et malheureuse, elle apporte beaucoup de problèmes et de complexités.

S’il s’agit d’une Infortune dans la seconde, mais s’il y est chanceux et fort (à l’exception de la queue du Dragon), elle préserve les Richesses autochtones par une sorte de violence impérieuse ; surtout s’il est dans un signe royal ; mais s’il est faible et malheureux, elle dissipe le domaine autochtone étrangement, selon la nature du monde qui le touche ; comme si Saturne, par les maladies et les croix communes dans le monde ; si Mars, par les querelles et les contentions, peut-être la prostitution ; si la queue des dragons, par les rapports calomnieux, d’où viennent les querelles et les procès, et sic de ceteris.

Mais si beaucoup de planètes sont dans la seconde Maison, alors vous devez sérieusement examiner qui sont les Fortunes et les fortunés, et qui sont les Infortunes et les Malheureux, et aussi la force et la position du Seigneur de la seconde Maison ; car je connais une Personne maintenant vivante, qui de rien a obtenu quelques centaines, et pourtant une Saturne et la queue des dragons dans Domo secundas et Saturn Peregrinethere aussi.

Deuxièmement, si vous ne trouvez pas de Planète dans la seconde Maison, consultez le Seigneur de la seconde Maison et le Dépositaire de la Part de Fortune ; car s’ils sont forts et chanceux, dans de bons endroits de la figure, et en bon aspect avec Jupiter ou Vénus, et s’ils sont forts, cela montre la continuité des Richesses à la fin des vies ; au contraire, s’ils se trouvent dans des Aspects malades des Infortunes depuis des endroits obscurs de la Figure, ils disent que l’Amérindien ne pourra jamais obtenir un Domaine ni encore garder ce qui lui est donné.

Il arrive parfois que certains Significateurs soient forts, et pourtant cela peut être suréquilibré par une position maléfique qui peut obscurcir leur Énergie, et de là se produiront un afflux et un déflux continus dans le Domaine indigène, ce qui est obtenu sous une bonne Direction est perdu sous une mauvaise Direction, et son travail est seulement continué à sa fin avec espoir.

Mais pour savoir en particulier quand ces choses se produiront, vous devez observer les Directions ; car elles sont les seules digiti pour indiquer le quando, quand ; mais pour ceux qui ont besoin d’un moyen plus général de savoir dans quelle partie de la vie autochtone le Domaine doit approcher ou diminuer, laissez-le être observé dans quel quartier du ciel les Significateurs sont placés ; car s’ils se trouvent entre la première et la dixième maison, l’indigène obtient un domaine dans sa minorité, peut-être par des dons ; s’ils se trouvent entre la dixième et la septième maison, au domaine de l’homme, ou à l’âge adulte ; s’ils se trouvent entre la septième et la quatrième maison dans ses années de déclin ; mais entre la quatrième et Ascendant, dans la dernière partie de sa vie, pas longtemps avant la mort. De même, le Significateur Oriental direct, rapide en cours, et dans le Quadrant oriental, les Richeurs viennent dans les jeunes années ; mais si Rétrograde, lent en mouvement, et Occidental, dans les années plus âgées, ou vieillesse.